Antibes Juan-les-Pins : les expositions de l'été

Samedi 26 Mai 2018 - Samedi 03 Novembre 2018
Divers lieux de la ville
06600 Antibes Juan-les-Pins
France

Du 3 juin au 17 septembre
Jardin Thuret.
 Acclimatation
- La volonté d’acclimater va transformer l’environnement en créant le jardin, l’artiste a longtemps participé à cette transformation, le philosophe en a fait un lieu de vie. L'INRA PACA propose cette exposition d'artistes « no-made » dans le jardin botanique de la villa. Entrée libre.
Fermé les samedis, dimanches et jours de fêtes. Ouvert de 8h30 à 17h30 (jusqu’au 21 juin) et de 8h à 18h tout l’été

Du 9 juin au 7 octobre
Musée d’Archéologie.
De terre et de couleur.

Itinérance archéologique et artistique dans les Alpes-Maritimes.
Entre les croquis et dessins des érudits du XIXe siècle et les images numériques des archéologues aujourd’hui, Bernard Alunni et Marie-Christine Alunni-Lemayeur ont fait le choix de l’aquarelle. Une vingtaine de leurs œuvres reproduisant des monuments et des sites archéologiques (depuis les grottes de Grimaldi dans le pays mentonnais jusqu’à la citadelle de Villefranche sur mer en passant par l’aqueduc romain de la Bouillide et le Fort Carré d’Antibes) est présentée et associée à des objets (céramiques et parures retrouvées sur des sites préhistoriques et de l’âge du Fer de l’arrière-pays de Grasse, objets gallo-romains d’Antibes et de Nice, vases en majoliques médiévaux et modernes des fouilles de la chapelle du Saint-Esprit conservés dans les réserves du musée d’Antibes). Une approche artistique du patrimoine qui fait écho à des réalités et à des problèmes scientifiques, invitera ainsi le visiteur à redécouvrir des édifices en ruine ou disparus, tout en évoquant les générations qui se sont succédé à travers des objets de leur vie quotidienne. Un voyage dans le temps et l’histoire des Alpes-Maritimes… .
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h

Du 16 juin au 3 novembre
Serre : dessins et gravures
Musée Peynet et du dessin humoristique

À l’occasion du 20e anniversaire de sa disparition, le musée propose une rétrospective Claude Serre. Alors que les nombreux et talentueux dessinateurs appartenant à la collégiale « humoristes associés » (Loup, Mordillo, Laville, Barbe, Blachon, Bridenne, Piem ou Napo…) s’évertuent à s’imprégner des codes graphiques de leur temps pour aller à l’essentiel, Serre prend le parti inverse. Perfectionniste besogneux totalement à contre-courant, il choisit l’esthétisation de son message, et constitue un style qui devient sa marque et la clé de son succès international. Une soixantaine d’œuvres, dessins originaux et gravures du dessinateur, qui incarne une figure de la radicalité dans le dessin humoristique, est présentée dans l’exposition autour de cinq thèmes principaux : « De bouche à oreille », « Gravures et illustrations », « Médecine », « Savoir vivre », « Le couple ».

Du 22 juin à fin septembre
« A ciel ouvert ». Télécharger le plan de l'exposition.

Exposition de sculptures monumentales de Sosno à travers la ville.
Alexandre SOSNOWSKY, connu sous le nom de Sacha SOSNO, sculpteur, peintre et plasticien français, est né en 1937 à Marseille et décédé à Monaco en décembre 2013.
Il passe son enfance entre Riga et Nice, où il rencontre Matisse.
Il commence à peindre très tôt, mais en 1956, il rencontre Arman et Yves Klein, qui  bouleversent complètement ses conceptions artistiques.
Il  étudie à l’institut des Sciences Politiques de Paris, à l’Ecole des Langues Orientales, à la Faculté de droit, à l’Institut de filmographie de La Sorbonne avant de revenir à Nice en 1961.
Il y rencontre Martial Raysse et crée la revue Sud-Communications dans laquelle il formule la première théorie de l’Ecole de Nice.
Il développe le concept d’oblitération « cacher pour mieux voir », à l’origine à partir de photographies, et l’étend ensuite à la peinture, la sculpture et l’architecture.
Il mène parallèlement à sa carrière d’artiste une activité d’auteur, chroniqueur, photographe, reporter de guerre mais aussi conseiller artistique dans la mode, chercheur en archéologie sous-marine...
Il sera présent, avec Fred Forest, aux débuts de l’art vidéo et de l’art sociologique.
Les années 80 voient sa consécration comme artiste de renommée internationale: expositions et créations dans des lieux prestigieux, se succèdent.
Dans les années 90, il s’installe à Bellet, sur les hauteurs de Nice et à Monaco.
En 2002, il réalise la première sculpture habitée au monde, la Tête carrée, qui abrite les bureaux de la Bibliothèque Louis Nucera à Nice.
Il est aussi le sculpteur-concepteur du Guetteur du Polygone Riviera de Cagnes-sur-mer, construit en 2015.
 

Du 3 au 31 juillet
Jazz à Juan - Red Sea Jazz Festival

Espace d'exposition des Bains Douches, boulevard d'Aguillon.

 

 

Bas de page