L'art urbain au centre d'Antibes

Au centre d'Antibes, découvrez les œuvres des 6 artistes, créées en 2020 et 2021, lors du festival Coul'heures d'Automne et, trouvez les statuettes d'Isaac Cordal, disposées sur les murs des ruelles de la vieille ville. Le parcours peut se faire aisément à pied.

N°10 - l'œuvre de ZDEY décore les piliers et les sous-pentes des ponts du carrefour des Châtaigniers. Une explosion de couleurs.

Zdey a grandi en France et vit à Paris. Engagé, Zdey consacre tout son temps à la peinture et à différentes initiatives humanitaires qu’il arrive à concilier : ainsi il a, par exemple, coloré les murs d’écoles colombiennes et mexicaines avec l’aide des minorités indigènes locales. Si sa pratique du graffiti est à l’origine de sa peinture, il s’en éloigne pour se concentrer sur un univers plus personnel aux influences pop, d’art moderne et du mouvement OP art nous invitant dans un ailleurs empli d’énergie positive.

N° 11 - le passage Michel Genty expose les poissons combattants d'ARDIF. Des poissons ? Oui...mais regardez bien les détails !

Ardif est un street-artiste basé à Paris. Durant ses études d’architecture, il s’intéresse à l’esthétique du bâtiment et de la machine. Son travail explore les possibles hybridations entre architecture/machine et nature illustré notamment par la série des « mechanimals » visible sur les murs de nombreuses villes. Cette faune urbaine crée un contraste qui vient nous questionner sur l’impact de l’artificialisation de la nature et de l’instinct sauvage à retrouver dans notre vie urbaine. 

Passez la place De-Gaulle et admirez son architecture Hausmanienne (le Grand Hôtel sur la gauche). Allez vers la rue de la République. Lorsque vous êtes au niveau de la pharmacie, vous pouvez apercevoir, sur votre gauche, les vestiges de la Porte de France, ancienne porte d'entrée de la ville avant la destruction des remparts.

N° 12 - collaboration d'artiste street art JEN MILLER et CESAR MALFI

2 artistes phares de la scène Street Art azuréenne sont réunis de manière inédite autour des valeurs d’égalité Femme / Homme pour la réalisation d’une fresque sur la façade de la Médiathèque Albert Camus. Une collaboration haute en couleur de Jen Miller et Cesar Malfi autour d’une surface d’envergure en coeur de ville, adossée à l’un des fleurons culturel du territoire, porteur des valeurs d’égalité, de lecture publique et de culture pour toutes et tous.

N° 16 - découvrez l'œuvre en courbes et en lignes d'ASTRO, facade de "Chez Victoire".

Astro est un artiste qui a réalisé ses premiers graffitis dans la banlieue nord de Paris. Après avoir démarré avec le lettrage, il a créé un univers abstrait mêlant courbes, calligraphie et formes dynamiques. A l’aise sur grand format, il réalise de nombreuses fresques au cœur de la ville et trompe l’œil du spectateur en déformant la platitude des façades en créant des illusions d’optique impressionnantes ; un travail qu’il effectue également sur toile.

Descendez la rue de la République vers la Place des Martyres de la Résistance récemment rénovée.

N° 14 - admirez l'enfant élevé avec amour de WANJAH

Wanjah est un artiste niçois. Issu d’une formation dans le graphisme, il s’est rapidement tourné vers l’art et le réalisme de manière autodidacte et réalise des fresques dans la région mais aussi en Ukraine avec son projet « Unisurter » mélangeant dans un seul visage les traits de personnes d’ethnies différentes comme message d’unité et de paix. Son travail explore différents supports : murs, toile, bois brulé et même la peau au travers de son activité de tatoueur.

N°13 - deux artistes pour une œuvre chimérique de MONKEYBIRD, une fresque toute en détails de 120m².

MonkeyBird est un duo d’artistes pochoiristes français, composé de Louis et Edouard. Leur univers est une invitation vers un monde surréaliste et merveilleux. Le temps n’a alors plus d’importance, il s’éclipse face à l’enchevêtrement, presque magique, des pochoirs qui dessinent strate après strate leur monde chimérique. Les Monkeybird nous promènent dans les dédales de cités utopiques. Le pochoir entre leurs mains expertes devient dentelle. La finesse de la technique s’allie à celle de l’esprit.

Empruntez la rue du Dr Rostan et visitez la Chapelle St Bernardin pour vous rendre au 20 rue Paul Bougarel.

N°15 - OLIVIA PAROLDI partage son admirable travail de gravure sur bois.

Olivia Paroldi est une artiste-graveuse installée sur la Côte d’Azur. Ayant découvert l’art de la gravure pendant ses études, elle s’est passionnée pour cette technique ancestrale qui permet, notamment pour les jeunes aveugles qu’elle accompagne, de rendre visible ce qui ne l’est pas. Olivia crée des estampes urbaines dont le thème principal est l’enfance qu’elle aime mettre en scène avec beaucoup de poésie. Son travail respire la générosité et l’amour du partage.

Déambulez dans les ruelles du quartier du Safranier, délimitée par les rues de la Tourraque et du Haut Castelet.

N°17 - cherchez bien et trouvez (peut-être), dans les rues de la vieille ville, les 16 minuscules statuettes d'ISAAC CORDAL

Isaac Cordal est un artiste espagnol originaire de Galice. Son travail artistique allie sculpture et photographie grâce à des scénographies en immersion dans l’environnement citadin. Ses dioramas mettent souvent en scène le même personnage : un stéréotype social d’âge moyen portant un costard-cravate gris et un attaché-case qui se retrouve dans des situations anxiogènes de notre ère contemporaine et se veut une critique ouverte de l’oligarchie, la politique...

Vous ne les avez pas toutes trouvées? On vous aide ? Cliquez ici !